J’ai créé le job qui me plaît et qui ne me fait pas craindre le blues du dimanche soir. Comment je suis devenue graphiste freelance ?

Devenir indépendant complémentaire et ensuite freelance

Etape par étape

Suite à des humanités dans l’enseignement général, j’ai obtenu un graduat en arts graphiques (BAC +3) dans une haute école bruxelloise en 2003.

J’ai trouvé mon premier emploi dans le secteur graphique au bout de 6 mois au sein d’une agence de publicité à Bruxelles.

J’y mettais en page le Motorijder magazine (magazine spécialisé sur le monde de la moto).

J’y faisais également de la retouche photo ou des réalisations publicitaires. J’ai beaucoup appris dans ce premier emploi.

La société a ensuite malheureusement fait faillite, mes employeurs ayant fait le pari de se concentrer sur une technologie perdant du terrain (la location dvd).

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance

Comment devenir indépendant complémentaire en Belgique ?

J’ai rapidement été attirée par la création d’entreprise et j’ai donc opté pour le statut d’indépendante à titre complémentaire en 2006 (Cela est peut-être du au fait que mes parents aient eu une expérience en tant qu’indépendants (gérante et conjoint aidant), activité que ma maman a arrêté pour se consacrer à mon éducation).

Le statut d’indépendante complémentaire me permettait de garantir une sécurité financière tout en développant un nouveau portefeuille client. Ce statut est aussi moins contraignant (cotisations sociales allégées). Le secrétariat social choisi était l’UCM. Vous trouverez sur leur site les différentes démarches à effectuer, je me ferai également un plaisir de vous répondre en commentaire si vous souhaitez plus d’informations.

Mon numéro de TVA en poche, j’ai  créé une charte graphique (logo, flyer…) et commencé à démarcher. Pas vraiment de gros succès au démarrage mais de petits jobs ponctuels (je ne connaissais pas encore les différentes façons d’aborder un client). Grâce à un contact proche j’ai pu approcher le monde de l’édition et trouver un plus gros contrat.

Je n’avais pas de plan en terme de planning et j’ai fait les choses petit à petit ; j’ai également pris des cours du soir durant 1 an 1/2 et réalisé des stages afin d’obtenir un certificat d’aptitude pédagogique. Le travail de graphiste indépendant étant assez solitaire j’avais l’envie de partager et de transmettre ma passion, c’est pourquoi je suis également formatrice indépendante pour le centre de formation à distance CFD. J’ai rédigé des cours Indesign et Illustrator, ces derniers sont vendus sur leur plateforme, je m’occupe personnellement du suivi des étudiants (réponses aux questions et corrections d’examens).

Jeune femme profitant de la vue depuis le parc du Mont des Arts à Bruxelles

Formations à distance
Graphiste freelance

Quitter un CDI

En 2012 le ministre André Antoine
créé le plan airbag

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Le parcours de Ludivine, graphiste freelance

Il s’agissait à l’époque d’une bourse de 10.000 € permettant à un employé de quitter son poste afin de créer une structure freelance (indépendant à titre principal), je remplissais les différents critères et j’ai donc rentré un dossier ce qui me permit de négocier une rupture de contrat à l’amiable avec mon employeur chez qui je travaillais en CDI depuis 4 ans. N’hésitez surtout pas à entrer en contact avec le Forem, il y a régulièrement de nouvelles primes pour aider les initiatives professionnelles. Le plus simple est de contacter un conseiller spécialisé car ce n’est pas toujours très clair en ligne, ce serait dommage de passer à côté d’opportunités financières.

^

2003 Obtention d'un graduat en art graphique

Haute école Francisco Ferrer

^

2006 indépendante complémentaire

En parallèle avec un emploi de graphiste en agence de publicité

^

2012 indépendante à titre principal

Avec le soutien du plan airbag

^

2013 Création de la société LimonAD

le réseau

Les réseaux, essentiel
lorsqu’on se lance

J’ai passé beaucoup de temps à me renseigner sur la prospection et sur les différents canaux de promotion, j’ai testé pas mal de réseaux (cela vous permettra de vous sentir moins seul, et vous donnera des échéances à tenir (rdv, réunions, …) tout cela va vous booster et vous placera dans une dynamique positive.

Je vous conseille les réseaux suivants :

Réseau entreprendre : afin d’être « parrainé » par un entrepreneur expérimenté durant 2 ans, un mentor qui vous conseillera gratuitement (sélection de votre dossier sur base d’un business plan et d’entretiens préalables avant un passage devant jury). Cet exercice permet également d’avoir une vue précise de ses objectifs, ce qui est également un élément clé.

BNI : J’y ai passé 5 ans, quoi que l’on en dise (car les avis divergent sur ce réseau : onéreux, exigeant…) je l’ai beaucoup apprécié. Il est basé sur le « qui donne reçoit ». Il permet de recommander des professionnels, devenus des contacts proches, de tout secteur, et donc inversement, des professionnels parlent de vous à leurs clients.

J’y ai appris à parler plus aisément de mon activité et j’y ai fait des rencontres très intéressantes, j’ai quitté ce réseau pour des questions d’organisation personnelle mais j’en garde un excellent souvenir.

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Location de bureau

Les pépinières d’entreprise

Lorsque j’ai envisagé de quitter mon employeur, j’ai mis en place certaines choses. J’ai loué un bureau dans une pépinière d’entreprises (le loyer est vraiment très intéressant dans ce type de structure, c’est un coup de pouce donné aux jeunes indépendants pour maximum 5 ans, il en existe plusieurs en Belgique, certaines sont gérées par le BEP).

J’ai également engagé une commerciale à temps partiel (payée par un fixe et des commissions, avec des aides du forem). Tout cela plusieurs mois avant de quitter mon employeur afin de préparer ma sortie. Je ne voulais pas me retrouver seule à devoir chercher des clients du jour au lendemain, la planification et l’organisation étant des éléments clés dans la création d’une structure freelance.

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Conditions générales de vente

Faire appel aux spécialistes

Comme l’activité se développait plutôt bien et afin de la sécuriser j’ai fait appel à un avocat pour rédiger des conditions générales de vente et une convention de cession de droit d’auteurs. Mon comptable et ma notaire m’ont également conseillé de changer de statut juridique et de passer en société, ce que j’ai fait en 2013. Faire appel à ces spécialistes a bien sur un coût mais cela vous permettra d’être tout à fait en règle et de ne pas craindre de surprises.

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Le parcours de Ludivine, graphiste freelance
Prime

Alléger la charge salariale

Pendant 3 ans et afin d’honorer un contrat important que je ne pouvais assumer seule, j’ai été assistée par Sarah, une jeune graphiste fraîchement diplômée.

De nouveau j’ai pu faire appel aux primes spécifiques en l’engageant en PFI. J’ai pu la former aux spécificités du métier et la charge salariale était allégée grâce aux primes trimestrielles.

Travailler avec Sarah a réellement été un plaisir, j’ai eu beaucoup de chance de l’avoir à mes côtés pendant cette période.

Evolution de mon style de vie

Digital Nomad

J’aime beaucoup faire évoluer mon activité, je trouve cela passionnant, actuellement je n’ai plus de bureau fixe (depuis l’été 2018), je travaille depuis mon domicile privé, depuis le bureau de l’un ou l’autre client ou encore depuis l’étranger. C’est un autre avantage de ce métier puisque mon bureau tient dans un sac à dos !

Cette évolution de style de vie est bien évidemment influencée par mon goût pour le voyage, passion que je partage avec Damien. Vous pourrez découvrir le récit de nos séjours à l’étranger sur ce blog.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, je serai ravie d’échanger avec vous !

 

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Digital nomad en 2021  ? Un rêve accessible ! - […] Le parcours de Ludivine […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le parcours de Ludivine, graphiste freelance